Thomas Champagne – sax
Adam O’Farrill – trompette
Guillaume Vierset – guitare
Ruben Lamon – contrebasse
Alain Deval – batterie

 

Random House est un quartet de jazz actuel monté au début de l’année 2014 par le saxophoniste bruxellois Thomas Champagne, magnifiquement entouré dans ce projet par le guitariste, arrangeur et compositeur liégeois Guillaume Vierset, le contrebassiste gantois Ruben Lamon et le batteur liégeois Alain Deval.

Après la sortie remarquée de leur premier album « Sweet Day » en octobre 2017,  Random House poursuit sa route avec un nouveau projet très spécial. Ils invitent Adam O’Farrill, un des trompettistes les plus en vue de la scène New-Yorkaise ces dernières années.

 

Random House grandit dans son univers de jazz moderne. En quintet, ils nous proposent un tout nouveau répertoire.

Bercé par les grands noms du jazz moderne comme Wayne Shorter, John Coltrane, Sonny Rollins ou Lee Konitz, la nouvelle musique en quintet est également plus impregnée des couleurs de ce qui se fait à New York ces dernières décennies (Mark Turner et Kurt Rosenwinkel, Tim Berne, Nasheet Waits, Ellery Eskelin, Ralph Alessi Quartet, Aron Parks ou Ambrose Akinmusire pour n’en citer que quelques-uns…).

 

 

« Tide »

Aller à l’essentiel. Voilà la promesse de ce disque.
Tout se dire. Laisser venir les idées et en renvoyer d’autres. Sans rien se cacher, de façon spontanée et ultra sincère.
Avec cet album – « Tide » – le saxophoniste Thomas Champagne se débarrasse du superflu et est bien décidé à garder la spontanéité d’une première rencontre et la fraîcheur des premiers dialogues. Ne jamais entraver la circulation fluide d’une conversation passionnée.
Pour cela, il peut compter sur ses amis Guillaume Vierset (eg), Ruben Lamon (cb), Alain Deval (dm) et, surtout, de son invité, le formidable trompettiste newyorkais Adam O’Farrill, qui n’est sans doute pas pour rien dans cette démarche.
Thomas et Adam se sont rencontrés à New York où le saxophoniste a vu plusieurs fois l’américain jouer sur scène. Sans en savoir beaucoup plus, Thomas a ensuite invité, au feeling, Adam en Belgique pour une série de concerts et un hypothétique enregistrement. Un quitte ou double, en quelque sorte. Mais l’alchimie a fonctionné dès les premières notes. Les concerts ont rapidement enrichi le dialogue et l’album a bien vu le jour. Comme une évidence.
Tout au long de ces 38 minutes (pourquoi en rajouter quand tout est dit ?) la pulse et le flow sont présents. La rythmique est nerveuse, affûtée et toujours sur le fil, mais elle est également capable d’installer un climat plus intime. Rien de tel pour ouvrir portes et fenêtres et laisser s’envoler cuivres et guitare. Oui, cet album respire. Oui, il prend l’air et le large et certains titres ne laissent d’ailleurs aucun doute là-dessus («BreathBreath», «Gentle Breeze» mais aussi, bien entendu, le titre éponyme de l’album : «Tide»).
Le son de la trompette de Adam O’Farrill est à la fois direct, clair et vif, mais aussi souple et voluptueux. Il est surtout aussi insaisissable qu’une anguille sauvage qui remonte une rivière tumultueuse (écoutez « Bad Date » ou « Looking Forward »). Cette générosité donne l’occasion à Thomas Champagne de s’amuser sans contrainte, de gambader, d’éclabousser à son tour tout le monde. Cela permet à Guillaume Vierset de se jeter aussi, corps et âme, dans le bain. Le guitariste peut lâcher ses riffs rock, déployer son phrasé bluesy ou étendre quelques somptueux tapis folk.
Dans cet album, tout est question de confiance et d’équilibre entre harmonies et mélodies, entre éclats de rire et murmures, entre risques et recherches. L’alchimie opère et l’intuition se libère (« Muse » est l’une des preuves les plus probantes).
L’amusement est au centre de ce disque. Le plaisir des échanges malins, tantôt brûlants, tantôt élégants, tantôt spirituels, est évident.
Tout cela sent bon la spontanéité et la complicité dans un album enregistré en un seul jour ! Tout l’esprit d’une aventure humaine y est concentré. Tout l’esprit du jazz est là.
Et tout cela ne s’explique pas… ça se vit.

 

 

Adam O’Farrill, la 5ème roue de notre nouveau carrosse, est #1 (Rising Star Trumpet) par le Critics Poll 2019 de DownBeat!

Il est né et a grandi à Brooklyn (NY) dans une famille de musiciens. Son grand-père est le légendaire compositeur et arrangeur Afro-Cubain Chico O’Farrill, multiple récompensé des Grammy Awards, et son père est le pianiste/compositeur Arturo O’Farrill. A 25 ans, il est une des figures de proues de la trompette dans la Grosse Pomme. Son album “Stranger Days” sorti en 2016 a été acclamé par la critique.

Parallèlement à ses propres projets, il est membre du Rudresh Mahanthappa’s Bird Calls (qui a gagné le Downbeat Critics Poll for Best Jazz Album en 2015), du Stephan Crump’s Rhombal (aux côtés de Ellery Eskelin et Tyshawn Sorey) , du dernier projet de Mary Halvorson’s Code Girl et du Fly Higher: Charlie Parker @ 100 (aux côtés de Rudresh Mahanthappa & Terri Lyne Carrington, Charenée Wade, Kris Davis, Larry Grenadier & DJ Kassa Overall).

C’est un jeune musicien toujours créatif et à l’écoute des autres, un immense talent déjà très courtisé par les grands noms américains. Il a joué avec Vijay Iyer, Mulatu Astatke, Mary Halvorson, Steve Lehman, Christian McBride, Jason Lindner, Samora Pinderhughes, Onyx Collective, …

 

www.adam-ofarrill.com